•  

    La vie intérieure (1)

    - Une série d'émissions audio diffusées sur France Culture -

    La vie intérieure racontée par un spécialiste de l’âme humaine, médecin et psychiatre, Christophe André nous invite à comprendre ces instants vécus à bas bruit (regrets, solitude, ivresse, ruminations, etc.) qui signent notre humanité, dans sa force et sa fragilité. Accéder à la vie intérieure, c’est trouver les moyens de nous relier à ce royaume intime (par l’introspection, la marche, la méditation) ; c’est s’arrêter un moment pour observer, réfléchir, ressentir ; c’est sentir le passage de la vie en nous. 

    C’est un voyage dans le monde des émotions et des sensations.

    "Si nous consacrons régulièrement un moment à notre vie intérieure, nos bonheurs et nos souffrances, nos joies et nos colères, nous en diront beaucoup sur nous-mêmes, et sur la manière dont nous menons nos vies. Christophe André"

    Christophe André : la vie intérieure

    Introduction à la vie intérieure

    A force de faire passer les urgences de la vie en priorité on a tendance à oublier l'essentiel... Mais pour en prendre conscience nul besoin d'attendre une maladie, une crise ou encore un choc émotionnel. Déprenez-vous des aléas de la vie avec Christophe André et explorez votre vie intérieure.

    Qu'est-ce que la vie intérieure ?

    C’est tout ce dont nous prenons conscience lorsque nous désengageons doucement notre attention des sollicitations extérieures. Nous réalisons alors que nous avons un corps, que nous respirons, que des sensations nous traversent, agréables ou désagréables, que des émotions, des pensées nous habitent.

    L’introspection

    L’introspection est la démarche volontaire, qui consiste à regarder en soi-même, à prendre conscience des pensées, des sentiments, des impulsions qui sont en train de composer notre paysage intérieur, et de nous influencer.

    L'introspection nécessite de se recentrer sur soi-même et de s'accorder du temps, celui de l'inaction et de la réflexion. S'arrêter, respirer, observer... et apprendre à ne pas consommer le temps ou à le contourner.

    La musique

    Arrêtez tout et laissez-vous pénétrer par la musique. Elle fera onduler les souvenirs et les émotions, activant aussitôt des mondes intérieurs. Vous pourrez alors vous abandonner à elle, dans cet entre-deux mondes où se crée une synergie totale entre l'écho des notes, le corps et la pensée.

    L'expérience des regrets

    Malheureusement la machine à remonter le temps n'existe pas. Il nous faut assumer le poids de nos actions et nous confronter parfois à l'expérience des regrets. Mais ne faudrait-il pas s'affranchir du mythe du "bon choix", accepter ses erreurs et se libérer de ses regrets stériles ?

    Occasions ratées, erreurs de jugement, actes impulsifs, ou inhibitions inexplicables : qui peut prétendre ne rien regretter dans sa vie ?

    La Légère ivresse

    Boire de l'alcool n'est pas à proscrire si l'on veut découvrir sa vie intérieure. Profiter de l'ivresse de la vie, sans tomber dans l'excès et la déraison. La solution serait de chercher cet état où l'on s'enivre non pas au vin, quoiqu'il puisse y aider, mais à la beauté du monde.

    L’ivresse désigne l’ensemble des perturbations engendrées dans notre corps et notre esprit par l’alcool ou d’autres substances. Ces perturbations sont agréables pour la personne ivre (détente corporelle, soulagement des inquiétudes). Mais elles s’accompagnent en général de dysfonctionnements : le corps est plus maladroit et plus lent, le cerveau moins performant…

    La lecture

    Nos lectures nourrissent notre vie intérieure. Elles peuvent s'amorcer partout, à la plage, sous un arbre, au bureau... ce sont à chaque fois une nouvelle rencontre avec la vie d'autrui.

    La lecture, notamment de romans ou de poésies, est une expérience vicariante, c’est-à-dire qui nous permet de bénéficier de l’expérience d’autrui, d’accéder à sa vie intérieure pour enrichir, éclairer ou bousculer la nôtre. Elle est aussi une manière de pratiquer la psychologie !

    La solitude

    Tout comme l'ennui, la solitude peut être parfois féconde. Ne faut-il pas alors abandonner cette lutte vaine contre la solitude ? L'accepter comme connaissance de soi et s'affranchir du sentiment de souffrance.

    La solitude, est-ce que cela consiste à être seul, ou à se sentir seul ? C’est de cette seconde situation, le sentiment de solitude, que nous parlons ici. Car on peut se sentir seul même dans un groupe, un couple, avec des proches.

    La volonté

    La volonté, ce pouvoir de se déterminer soi-même, soit "l'autocontrôle" en psychologie, est cet art de la mesure. A l'heure de la dérégulation des désirs, plus question de céder à la tentation gourmande ou bien de s'adonner à une consommation extrême des écrans, de l'alcool et des sorties !

    Il existe des modes en psychologie, comme partout. Ce fut le cas pour la volonté : ses vertus furent longtemps célébrées en Occident, avant qu’elle ne devienne désuète, voire suspecte. Mais elle est à nouveau un objet d’intérêt, car de nombreuses recherches scientifiques ont ré-exploré le concept de volonté, notamment au travers des mécanismes d’autocontrôle.

    La marche

    Marcher, se retrouver seul en harmonie avec la nature, n'ayant pour unique but que de se retrouver soi-même. C'est dans cette activité que nous nourrissons un rapport à soi profond, fécond, qui permet dès lors de s'ouvrir au monde.

    De toutes les activités humaines, la marche est peut-être celle qui nous ouvre le mieux à la vie intérieure ! Nous parlons ici de la marche autotélique, c’est-à-dire la marche qui n’est pas forcément destinée à nous conduire quelque part, et qui n’a d’autre but qu’elle-même, la marche qui nous permet de nous retrouver, et de retrouver le monde. Rien à voir avec le sport, la vitesse, la performance. Au contraire : la marche féconde pour notre vie intérieure, c’est la marche sans but, qui livre notre âme à notre corps.

    L'admiration

    Entre émotion et motivation, l'admiration est source d'inspiration et d'élévation pour celui qui sait reconnaître la supériorité d'autrui ou de quelque chose. Beauté, bonté, bravoure, sont autant de qualités qui peuvent susciter l'admiration et nous interroger sur notre rapport au monde.

    L’admiration, c’est ce que nous ressentons lorsque nous découvrons quelque chose ou quelqu’un disposant de qualités hors du commun. Descartes la définit comme "une subite surprise de l'âme, qui fait qu'elle se porte à considérer avec attention les objets qui lui semblent rares et extraordinaires."

    Christophe André : la vie intérieure

    La vie intérieure (partie 2)...ICI

    La vie intérieure (partie 3)...ICI

    Christophe André : la vie intérieure

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    La vie intérieure (2)

    - Une série d'émissions audio diffusées sur France Culture -

    La vie intérieure racontée par un spécialiste de l’âme humaine, médecin et psychiatre, Christophe André nous invite à comprendre ces instants vécus à bas bruit (regrets, solitude, ivresse, ruminations, etc.) qui signent notre humanité, dans sa force et sa fragilité. Accéder à la vie intérieure, c’est trouver les moyens de nous relier à ce royaume intime (par l’introspection, la marche, la méditation) ; c’est s’arrêter un moment pour observer, réfléchir, ressentir ; c’est sentir le passage de la vie en nous. 

    C’est un voyage dans le monde des émotions et des sensations.

    "La vie intérieure fonctionne à bas bruit, elle est faite de tout ce qui spontanément n’attire pas notre attention. Cette discrétion vient de ce que, souvent, les choses importantes s’accomplissent dans le secret et le silence. Nous devrions faire plus souvent l’effort de distinguer l’urgent de l’important." Christophe André

    Christophe André : la vie intérieure (partie 2)

    La méditation

    Etre en pleine conscience, attentif à soi et au monde. Loin d'une oisiveté passive, la méditation c'est l'exploration active de la vie, tant intérieure, dans cette connexion profonde à soi, qu'extérieure, en restant attentif au monde environnant.

    Il existe de nombreuses formes de méditation, mais on peut dire que méditer, c’est s’arrêter pour prendre le temps de tourner son esprit vers l’essentiel, de manière délibérée et régulière. Rien d’étonnant à ce que la pratique de la méditation puisse nous transformer : elle est à notre cerveau ce que l’exercice physique est à notre corps. Elle est un entraînement de l’esprit...

    La maladie

    La maladie nous aspire forcément du côté de la vie intérieure...

    Tomber malade est une expérience complexe et à peu près inévitable, dont la portée subjective varie selon de nombreux facteurs...

    La maladie est l’occasion de comprendre que nous avons intérêt à respecter ce corps unique : nous n’en aurons pas d’autre !

     Le plaisir

    Plaisirs d'apprendre, de comprendre, de manger, ou encore de guérir sont autant de voies d'accès au monde, aux autres et à soi. Mais gare à ne pas s'enchaîner à une unique quête de plaisir ! 

    Source d’énergie, le plaisir est une aussi une force qui demande à être domestiquée. D’où la nécessité de moments de compréhension, de recul, à la lumière de notre vie intérieure… 

     

    La honte

    La honte, c’est l’envie de disparaître aux yeux d’autrui. Elle se déclenche à chaque fois que nous nous trouvons en défaut par rapport à des normes ou des règles sociales : dire une bêtise, faire du bruit avec son ventre, et de manière générale, se sentir rabaissé sous le regard des autres.

    La honte est une blessure de l’estime de soi…

    Le petit coin

    Quoi de plus éloigné, en apparence, du monde délicat de la vie intérieure, que l’environnement trivial des cabinets et autres lieux dits "d’aisance" ?

    Mais à y bien réfléchir, les choses sont plus subtiles, et les liens plus étroits qu’un regard lointain et condescendant ne pourrait le faire croire. Car tout ce dont la vie intérieure a besoin s’y trouve : le calme et la solitude, la possibilité de recueillement et l’absence de sollicitations extérieures… 

     

    L'écriture

    L’écriture est supérieure à l’introspection
    quand il s’agit d’explorer son monde intérieur.

    De nombreux travaux ont établi l’intérêt de l’écriture de ses ressentis intimes : mettre en mots nos expériences de vie douloureuses aide à leur cicatrisation,
    et améliore notre santé.

    Dans l’écriture de soi, on n’aspire à rien d’autre qu’à décrire sa vie intérieure...

    La fragilité

    Est fragile ce qui se brise facilement. Et le sentiment de fragilité qui nous habite parfois provient de la conscience que nous pouvons être meurtri ou blessé par une adversité extérieure.

    Quand la dimension hostile et tragique du réel nous tire ainsi par la manche, ce sentiment de fragilité émerge. Nous devons alors nous poser des questions, prendre conscience des illusions sur lesquelles nous étions installés, peut-être endormis...

    Le sentiment d’étrangeté 

    Le sentiment d’étrangeté, c’est ce trouble qui nous gagne lorsque nous éprouvons au plus profond de nous un ressenti anormal face à une situation normale...

     

    L'envie 

    L’envie est ce sentiment désagréable que nous éprouvons lorsque quelqu’un nous semble posséder ce que nous n’avons pas, ou que nous aimerions bien avoir davantage : argent, statut, reconnaissance, bonheur… 

    L’envie est un signal pour nous questionner : qu’est-ce qui me manque ? Et ce qui manque est-il vraiment fondamental pour moi ? Si oui, comment m’en rapprocher ? Et si non, pourquoi me tourmenter ?

     

    La fraternité 

    La fraternité, c’est ce sentiment émouvant de proximité avec les autres.

    C’est le moment où la conscience de nos ressemblances submerge la conscience de nos différences, les fait apparaître minimes, dérisoires, inutiles, absurdes.

    Notre vie intérieure nous offre de nombreuses occasions d’accéder au sentiment de fraternité, de nous interroger sur le prêt-à-penser du "moi-je",
    pour aller au-delà, vers le "nous"...

    L’examen de conscience

    L’examen de conscience, ce sont tous ces instants où l’on prend le temps de réfléchir sur la manière dont on vit.

    C’est une introspection dans laquelle on se pose la question du bien et du mal, sous la forme d’un examen de nos erreurs, de nos fautes ou de nos péchés.

    Mais pourquoi ne pas se demander ainsi, régulièrement, si l’on navigue toujours au plus près de ses choix et de ses valeurs, ou si l’on s’en est trop écarté ?
    Martin Luther King s’interrogeait ainsi chaque soir :
    "Qu’as-tu fait pour autrui aujourd’hui ?"

    L’acceptation

    L’acceptation, semble simple : c’est dire "oui". Oui à la vie, oui au monde, oui au réel. Sauf que dire oui, ce n’est justement pas si simple quand ce réel nous dérange, nous heurte, nous blesse.

    Mais l’acceptation, ce n’est pas renoncer ou se soumettre, ce n’est pas approuver, mais affronter ce qui est...

    L’expérience de la fuite du temps

    Se regarder vieillir, voir les enfants grandir, apprendre la mort de proches ou de personnes célèbres. Le temps s’écoule si vite !

    Finalement, c’est comme si nous passions notre vie à oublier que le temps s’écoule. Parce que cela nous angoisse, à cause de la mort, évidemment chaque seconde qui se termine nous rapproche de notre fin. 

    Dans l’éternité, l’écoulement du temps et le défilement des secondes n’ont aucune importance, puisque le temps ne s’arrêtera jamais.
    Mais dans la vie humaine, c’est une autre histoire...

     

    Les ruminations

    Ruminer, c’est réfléchir sans fin, sans efficacité,
    c’est réfléchir en tournant en rond.

    Les ruminations sont un des grands pièges de la vie intérieure : on est alors absorbé par des pensées circulaires, répétitives, stériles et épuisantes.

    Les ruminations sont un leurre : malgré notre intelligence, elles nous trompent, car on croit réfléchir, alors qu’on ressasse. Elles nous abusent car on pense être dans le réel, le réel de nos soucis, alors qu’on est dans le virtuel, le virtuel de nos craintes ou de nos regrets...

    Les visages du bonheur

    Longtemps, la psychologie s’est plutôt penchée sur les émotions négatives, comme la peur, la colère, la tristesse, le dégoût… en négligeant de vérifier si les patients savaient aussi savourer les émotions plaisantes.

    Il ne s’agit pas – ou pas seulement – de rendre notre vie plus belle. Mais de prendre conscience que toutes ces émotions agréables nous aident à mieux affronter l’adversité...

     

    Christophe André : la vie intérieure (partie 2)

    La vie intérieure (partie 1)...ICI

    La vie intérieure (partie 3)...ICI

    Christophe André : la vie intérieure (partie 2) 

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    La vie intérieure (3)

    - Une série d'émissions audio diffusées sur France Culture -

    La vie intérieure racontée par un spécialiste de l’âme humaine, médecin et psychiatre, Christophe André nous invite à comprendre ces instants vécus à bas bruit (regrets, solitude, ivresse, ruminations, etc.) qui signent notre humanité, dans sa force et sa fragilité. Accéder à la vie intérieure, c’est trouver les moyens de nous relier à ce royaume intime (par l’introspection, la marche, la méditation) ; c’est s’arrêter un moment pour observer, réfléchir, ressentir ; c’est sentir le passage de la vie en nous. 

    C’est un voyage dans le monde des émotions et des sensations.

    "La vie intérieure, c’est ce flot de pensées, de souvenirs, de projets, de ressentis émotionnels et corporels, qui se font et se défont en permanence au plus profond de nous. Elle peut n’être qu’un lointain murmure, mais à qui sait l’écouter, elle est une source d’enseignements extraordinaire pour se connaître, se comprendre et mieux conduire son existence."
    Christophe André

    Christophe André : la vie intérieure (partie 3)

    Le pardon

    Le pardon, c’est le choix que fait une personne blessée ou agressée par autrui de renoncer au ressentiment et à la vengeance envers son ou ses agresseurs.

    Il ne s’agit ni d’effacer ni d’oublier ni de banaliser ce qui s’est passé : pardonner, c’est décider de s’en libérer et de ne plus en souffrir.

    C’est sans doute un des efforts psychologiques parmi les plus importants et douloureux que nous ayons à accomplir dans une vie humaine...

    La déception

    La déception, c’est ce mouvement de surprise et de tristesse qui nous affecte lorsque nous n’obtenons pas ce que nous attendions, et que parfois nous espérions très fort.

    Et puis il y a les déceptions que nous ressentons vis-à-vis de nous-même…
    Toutes les fois où nous n’avons pas été à la hauteur de ce que nous espérions, où nous n’avons pas obtenu les résultats que nous attendions...

    La compassion

    La compassion est ce sentiment qui porte à comprendre
    et à partager les maux d’autrui.

    La compassion, c’est "souffrir de la souffrance de l’autre".

    La compassion va bien au-delà de ce que l’on appelle l’empathie, capacité à ressentir ce que ressent autrui. Car l’empathie n’entraîne pas forcément de désir ou de comportement d’aide...

    La jalousie

    On appelle jalousie le sentiment d’attachement possessif - voire exclusif - à une personne, qui se réveille à chaque fois qu’elle s’éloigne de nous pour aller vers quelqu’un d’autre.

     Le manque d’estime de soi est ainsi une des clés de la jalousie : c’est parce que le jaloux n’est pas sûr de lui qu’il remplace la confiance par la surveillance...

    Le succès et l’échec

    Nos échecs et nos succès sont-ils vraiment les révélateurs de notre valeur ?

    Tout échec est une souffrance, une déception, une désillusion. Mais aussi une expérience universelle : tous les humains ont eu son goût dans la bouche, très souvent dans leur vie...

    La prière

    La prière consiste à tourner son esprit vers Dieu.
    Serait-elle donc réservée aux croyants ?

    Dans la prière, il y a un double mouvement : celui de la prise de conscience, de la réflexion, de la tension ; puis celui de l’abandon, du lâcher-prise, de la confiance. 

    Pour ne pas être qu’un rituel, que l’on accomplirait l’esprit absent, la prière suppose d’avoir établi un lien sincère et attentif à soi-même. D’où son importance pour la vie intérieure des humains, depuis toujours...

    La mort

    Comme tous les êtres vivants, nous allons mourir un jour. Mais à la différence des autres êtres vivants, nous en sommes conscients.

    Face à la mort et au cortège de peurs qu’elle pousse devant elle, c’est notre vie intérieure qui peut nous donner force et lucidité. Sans un salutaire travail de l’âme, notre crainte de la mort influence et parasite notre vie...

    La concentration

    L’opposé de la dispersion est la concentration, c’est-à-dire l’attention délibérément posée, et maintenue, sur un objet de notre choix. 

    Bien souvent nous négligeons de cultiver notre attention, capacité pourtant centrale dans la conduite de notre vie...

    Le miroir

     Le miroir n’a pas toujours existé sous sa forme actuelle : il fut longtemps un objet rudimentaire, en métal poli, n’incitant guère à la contemplation de soi.

    Mais se regarder dans un miroir peut aussi être l’objet d’expériences existentielles plus intéressantes que la simple vérification de son image. 

     

    La tendresse

    Qu’il s’agisse de ressenti intérieur ou de comportement extérieur la tendresse, désigne le mélange de la douceur et de l’amour.

    Chaque humain est sensible, chaque humain est fragile ; et c’est pourquoi chaque humain est réceptif à la tendresse, et bouleversé par elle...

    Les résolutions

    Nous aimons bien nous moquer des bonnes résolutions. Mais le fait de ne pas en prendre augmente le risque de laisser persister dans nos vies des habitudes indésirables, que nous continuerons de subir, par passivité et inertie...

    Une résolution, ce n’est pas seulement une vague intention. C’est un engagement pris envers soi-même pour atteindre un objectif, en ayant bien conscience des difficultés qui nous attendent...

    L’infini

    Infini de l’espace et infini du temps nous interpellent dès l’enfance, en contemplant le ciel, en nous interrogeant sur ce qu’il y avait avant ou après nous, avant ou après l’humanité, la matière…

    Se confronter à l’infini est sans doute une des expériences les plus mystérieuses et déstabilisantes que l’on puisse vivre au quotidien...

    Le sentiment d’impuissance

    La puissance désigne la capacité à agir, à peser sur le réel, à modifier ce qui nous entoure, ou parfois ce qui est en nous. Et l’impuissance nous fait vivre et éprouver l’inverse : sentir, à tort ou à raison, que nous ne pouvons rien faire, rien changer, autour de nous ou en nous...

    L’interdépendance

    Il n’y a pas d’un côté la bonne indépendance, et de l’autre la mauvaise dépendance. De toute façon, nous sommes tous dépendants : de la nourriture, de l’eau, du soleil, de l’amour, du bonheur…

    La dépendance s’inscrit dans le cadre plus vaste de l’interdépendance. Tout est à double sens, et notre vie n’est qu’une histoire de dépendances réciproques avec les autres humains, avec le monde qui nous entoure. Nous sommes ainsi totalement dépendants de la nature, mais la nature dépend aussi de nous et de notre conscience écologique...

    La nostalgie

    La nostalgie est le mélange en nous de la douceur et de la douleur des souvenirs. Il s’agit d’un état d'âme discret, tenace, subtil.

    La nostalgie est un manque, le manque d’un passé heureux, parfois idéalisé, mais qui a bien existé. Ce qui l’oppose au regret, qui est le manque d’un passé virtuel, qui aurait pu exister...

     

    Christophe André : la vie intérieure (partie 3)

    La vie intérieure (partie 1)...ICI

    La vie intérieure (partie 2)...ICI

    Christophe André : la vie intérieure (partie 3)

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    - Trois minutes à méditer -

    Christophe André est médecin psychiatre et psychothérapeute.
    Né à Montpellier en 1956, il passe sa thèse de médecine à Toulouse en 1980, puis son mémoire de psychiatrie en 1982. Il exerce depuis 1992 dans le Service Hospitalo-Universitaire à l’hôpital Sainte-Anne à Paris, au sein d'une unité de psychothérapie comportementale et cognitive, spécialisée dans le traitement et la prévention des troubles émotionnels, anxieux et dépressifs.

     Il a écrit de nombreux livres de psychologie à destination du grand public.

     Le site de Christophe André...ICI et son blog...ICI

    Christophe André : trois minutes à méditer

    Introduction à la méditation en pleine conscience - partie 1

    Introduction à la méditation en pleine conscience - partie 2



    Christophe André : trois minutes à méditer

     Christophe André propose une introduction simple, ludique et joyeuse à la méditation en pleine conscience. Chaque jour, trois minutes de méditation guidée, pour respirer, se concentrer et lâcher prise.

    Prendre conscience de son état intérieur, écouter la rumeur du monde, contempler la nature… Trois minutes en apesanteur, avec soi-même.

    "Trois minutes à méditer" livre de Christophe André...ICI

     Christophe André : trois minutes à méditer

    Une série de 40 petites vidéos de 3 minutes

    1- Le souffle
    2- Le bavardage des pensées
    3- Savourer
    4- Rien que
    5- Prendre conscience de son état intérieur
    6- S'endormir en pleine conscience
    7- Contempler la nature
    8-  Le corps
    9- Résister aux tentations et aux impulsions 
    10- Bienveillance
    11- Se recueillir avant d'agir
    12- Marcher en pleine conscience
    13- La force intérieure - méditation de la montagne
    14- L'instant présent
    15- Manger en pleine conscience
    16- Les émotions douloureuses
    17- Etre ici et ailleurs
    18- Regarder les humains avec tendresse
    19- A cet instant je suis vivant
    20- Télos et skopos
    21- Du bon usage des écrans
    22 Une ratatouille en pleine conscience
    23- Ecouter la rumeur du monde
    24- Angoisses, inquiétudes et ruminations
    25- Ne rien dire
    26- S'étirer en pleine conscience
    27- Gratitude
    28- Répondre ou réagir
    29- L'utile et l'inutile
    30- Ne pas faire de mal
    31- Les espaces de respiration
    32- Le recueillement
    33- Face à la souffrance
    34- Trois bonheur
    35- Réfléchir avec le corps
    36- Le regard contemplatif
    37- Sourire
    38- Bienveillance avec soi
    39- Illuminations
    40- Les choses finissantes

    (Pour voir la liste et choisir, cliquez en haut à gauche de la vidéo) 

        Christophe André : trois minutes à méditer 

    Pleine conscience - Thich Nhat Hanh

    Image source : http://www.stockvault.net/

        Christophe André : trois minutes à méditer 

     

    Pin It

    votre commentaire

  • Christophe André est médecin psychiatre et psychothérapeute.
    Né à Montpellier en 1956, il passe sa thèse de médecine à Toulouse en 1980, puis son
    mémoire de psychiatrie en 1982. Il exerce depuis 1992 dans le Service Hospitalo-
    Universitaire à l’hôpital Sainte-Anne à Paris, au sein d'une unité de psychothérapie
     comportementale et cognitive, spécialisée dans le traitement et la prévention des
     troubles émotionnels, anxieux et dépressifs.

    Il a écrit de nombreux livres de psychologie à destination du grand public. 

    Le site de Christophe André...ICI et son blog...ICI

    papillon33

    Bouddhisme et médecine, comment soulager la souffrance ?


    papillon33

    Échanges entre lama et psychothérapeute (partie 1)

    ***
    Échanges entre lama et psychothérapeute (partie 2)


    papillon33

    La compréhension des phénomènes de la vacuité (partie 1)

    ***
    La compréhension des phénomènes de la vacuité (partie 2)

     

    papillon33

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique