• Enseignements du village des pruniers - Retraite de printemps 2018

     

    Enseignements du village des pruniers
    selon l'enseignement du Maître Bouddhiste Zen " Thich Nhât Hanh "
    Site du village des pruniers...ICI

    Enseignements du village des pruniers - Retraite de printemps 2018

    - Retraite de printemps 2018 -

    - 12.04.2018 -
    "L'art d'être au monde"

    « Enseignement sur la nécessité de retrouver son importance véritable, et le juste équilibre entre être et exister, se trouver et trouver sa place parmi les autres, dans le monde. "Trois Portes de Libération" nous sont proposées pour nous affranchir de cette tendance propre à la condition humaine de se saisir d'une identité de soi et de sa personne, et nous émanciper alors d’un sentiment de séparation et du drame de notre solitude, cause de notre angoisse existentielle.

    Revenir à notre respiration consciente et à l’attention portée à nos pas sur terre, peut aussi s’accompagner d’un retour à l’observation elle-même en tant que telle, et de là au silence de notre propre présence qui nous révèle à notre authenticité d’être là dans l’instant, dans une grande simplicité et de façon toute naturelle, tout en nous permettant d’être conscient de l’espace qui nous entoure… »

    A 27:40 de la vidéo, le Fr Phap Khi parle des 5 agrégats :
    (la forme, les sensations, les perceptions, les formations mentales et la conscience).

    Les trois portes de la libération (à 1:01:20 de la vidéo) :
    - la vacuité
    - l'absence de signe
    - la non poursuite

    Soutra des Trois Portes de la Libération...ICI

    Transcriptions d'un enseignement de Thay
    sur les trois portes de la libération...ICI

    Si vous souhaitez écouter plus d'enseignements de Frère Phap Khi,
    rendez-vous sur son site L'instant Précieux...ICI et sa chaîne YouTube...ICI

    Enseignements du village des pruniers - Retraite de printemps 2018 

     - Retraite francophone du 14 au 21 Avril 2018 -

    - 16.04.2018 -
    "Le bonheur: Une habitude à cultiver"

    Les vertus de la Pleine Conscience :

    1/ Elles nous apportent l'énergie de la vie car nous entrons en contact avec la vie à l’intérieur et autour de nous.
    2/ Elles sont une source, une nourriture qui alimente notre esprit, renouvelle notre amour en nous apprenant à regarder nos êtres chers avec un regard attentif/conscient, à rafraîchir nos corps et nos relations avec les autres.
    3/ Elles nous guérissent lorsque nous concentrons cette énergie sur les zones de souffrance, afin de nous détendre et de prendre soin de nos blessures.

    La méditation se définit par la contemplation, l’examen de la nature des choses. Une vision profonde obtenue grâce à la méditation permet de brûler nos afflictions, à l’image de la lumière du soleil qui passe à travers une loupe.

    Nous pouvons cultiver la trinité de la méditation bouddhiste (attention, concentration et vision profonde) tout au long de la journée pour comprendre nos souffrances, même si elles sont petites, comme le sentiment de jalousie, qui peut avoir des racines dans nos expériences d’enfance.

    Les entraînements à la Pleine Conscience (ICI) sont là pour nous aider à cultiver nos bonnes énergies d’habitude.

    Voici quelques façons de transformer nos mauvaises habitudes :

    1/ cultiver de bonnes habitudes pour les remplacer.
    2/ utiliser le projecteur de la Pleine Conscience pour regarder profondément leurs racines dans notre conscience du tréfonds.
    3/ appartenir à une sangha qui peut nous aider à les voir plus clairement, afin de pouvoir les transformer.

    Nous pouvons créer une habitude de bonheur, qui imprègne nos trois actions
    (actes physiques, paroles et pensées)
    et une sangha peut vraiment nous soutenir dans nos efforts.

    A 49 min de la vidéo le Fr. Pháp Liệu rappelle les 6 Paramitas :

    1/ dhyana paramita : la méditation, la concentration.
    2/ shila paramita : l'éthique, les entraînements à la pleine conscience.

    3/ prajna paramita : la sagesse, la vision profonde, la compréhension.
    4/ virya paramita : la diligence, l'énergie, l'effort enthousiaste, la persévérance dans la pratique.
    5/ kshanti paramita : la patience, l'inclusivité, la capacité de recevoir, de supporter et de transformer les peines infligées par les autres.
    6/ dana paramita : la générosité, (le don matériel, le don de protection, le don du dharma).

    Il en ajoute une septième, celle de la Sangha.

    Ces Paramitas peuvent être l’antidote aux maladies de notre temps, à savoir l'égoïsme / l'individualisme, l'isolement / la solitude et la maladie mentale,
    car nous établissons des liens sociaux basés sur la convivialité et construisons un sentiment de communauté.

    Pour finir, Fr. Pháp Liệu partage son point de vue sur l'article "Le bonheur d'être français", avec beaucoup de réactions de joie dans le public.

    Enseignements du village des pruniers - Retraite de printemps 2018

    - 17.04.2018 -
    Enseignement de Sœur Giác Nghiêm

    Nous avons l'habitude de souffrir. Nous sommes habitués à être dans un état d'affliction sans le savoir. Parfois nous sommes pleins de tensions et de douleurs et pourtant nous n'en sommes pas conscients parce que nous sommes entraînés à courir et à remplir constamment notre esprit d'activités.
    Cependant, lorsque nous arrivons au Village des Pruniers, nous apprenons à retourner à nous-mêmes, à nous asseoir et à respirer comme les pâquerettes dans le jardin. Nous devons apprendre l'art de nous arrêter, de retourner à notre respiration pour apprécier la beauté de la nature. La fleur est juste là pour mes yeux, mais si mon esprit est perdu dans des plans et des projets, je vais passer à côté de sa beauté.

    Nous sommes habitués à nourrir notre habitude de souffrir avec des soucis, comme un ami qui n'arrêtera pas de nous appeler et d'interrompre notre journée.
    Notre esprit est comme une station de radio non-stop. Quand nous rencontrons la souffrance, notre réaction habituelle est de consommer afin que nous puissions couvrir notre douleur ou fuir.

    La pleine conscience qui ne mène pas à la libération est juste comme un pansement sur une blessure. Nous devons apprendre à le reconnaître et appeler notre souffrance par son vrai nom : colère, désespoir, chagrin, peur. Ce sont juste des énergies, elles ne sont pas dangereuses. Quand nous pouvons nommer nos afflictions, nous pouvons commencer à les embrasser sans les juger, les condamner ou les repousser. Il s’agit juste de rester avec notre respiration consciente et nos émotions difficiles seront réduites de moitié.

    Nous pouvons alors regarder profondément pour comprendre les racines de notre souffrance, qui peut provenir de nos parents et de nos ancêtres, y compris de leurs habitudes de penser et de vivre.
    Sr. Giac Nghiem partage son expérience d’avoir grandi dans la culture française du vin, avec des dîners qui commencent bien mais se terminent terriblement quand les gens parlent de choses difficiles à écouter.
    Y a-t-il de la souffrance dans la nourriture que nous mangeons ou dans les conversations que nous avons les uns avec les autres ? "Les Quatre Aliments" est un sutra qui nous aide à être plus conscient de ce que nous consommons à travers nos six sens et comment cela peut affecter notre bonheur et notre souffrance.

    - A 18:13 de la vidéo, la sœur nous parle des quatre nobles vérités.
    - A 1:00:15, les quatre sortes d'aliment : la nourriture comestible,
    les impressions sensorielles (les 6 sens : les yeux, les oreilles, le nez, la langue, le corps, le mental), la volition (aspiration profonde), la nourriture de la conscience.
    - Le discours sur les quatre sortes de nourriture...ICI
    - A 1:22:00, les quatre états illimités : L'Amour, la Compassion, la Joie, l’Équanimité. 

    - Enseignements sur l'Amour véritable -

    Selon le Bouddhisme, il y a quatre composantes de l'Amour véritable.
    * L'Amour, la Compassion, la Joie, l’Équanimité *

    1) Apporter le bonheur.

    Le premier élément de l'Amour véritable est Maitrî (en Sanskrit) ou Metta (en Pali) qui peut se traduire par Amour bienveillant, bienveillance ou bonté aimante. C'est la volonté et la capacité d'offrir de la joie, du bonheur à quelqu'un.
    C'est un Amour inconditionnel et sans attachement qui s'adresse à tous les êtres.
    Maitrî est défini comme le souhait bienveillant que tous les êtres 
    connaissent le bonheur et les causes du bonheur.

    2) Soulager la souffrance.

    Le deuxième élément est Karuna qui peut se traduire par compassion.
    C'est non seulement l'intention, la volonté d'aider à soulager la souffrance d'autrui mais aussi la capacité de comprendre la nature de cette souffrance 
    et de mettre en oeuvre les moyens afin d'apaiser et de transformer cette souffrance. Karuna est l'aspiration que tous les êtres sensibles
    soient libérés de la souffrance et des causes de la souffrance.

    3) Cultiver la joie.

    La troisième composante de l'Amour véritable est Muditâ, c'est à dire la joie, 
    une joie faite de paix et de contentement. C'est une joie bienveillante et altruiste que l'on ressent quand les autres sont heureux. C'est se réjouir du bonheur et de la réussite des autres, mais c'est aussi se réjouir de notre propre bien-être.
    Muditâ se définit par le souhait que tous les êtres connaissent le bonheur 
    dénué de toute souffrance, ainsi que par la réjouissance devant ce bonheur.

    4) L'égalité d'esprit.

     Le quatrième élément est Upeksha c'est un terme sanskrit qui signifie équanimité, non attachement, non discrimination, égalité d'esprit ou lâcher-prise. L'équanimité est une qualité particulière, associée à la sagesse et à la compréhension, notre cœur s'ouvre à ce qui est plaisant, tout comme à ce qui est déplaisant, nous devenons capables de lâcher prise, d'accepter et de voir les choses telles qu'elles sont réellement.

    Upeksha c'est la capacité de voir chaque personne de la même manière, sans faire de distinction entre soi et autrui, l'intention de bienveillance étant égale envers un proche comme envers un inconnu ou même quelqu'un de malveillant à notre égard. Dans un conflit, même si l'on est profondément impliqué, on reste impartial, capable d'aimer et de comprendre les deux parties.
      Upeksha, c'est le souhait que les êtres demeurent égaux et en paix quels que soient les événements, bons ou mauvais, qu'ils soient libres de partialité, d'attachement et d'aversion.

     Enseignements du village des pruniers - Retraite de printemps 2018

    - 19.04.2018 -
    Questions et réponses pendant la retraite francophone
    avec Sr Diệu Nghiêm, Đào Nghiêm, Fr Pháp Khí, Marc Puissant

    Dans ce panel de questions posées au cours de la matinée, des nouvelles de Thai ont été demandées. Sœur Chân Không a rendu heureux-ses l’ensemble des monastiques et retraitant-es en répondant à la question en fin de matinée.

    Les autres questions posées au cours cette session ont été :

    1/ Comment réussir à impliquer davantage les membres d’une Sangha sans leur donner la sensation d’être obligés ? Quels moyens habiles (paroles et actions justes) peuvent permettre d’y parvenir ? (à 08:15)
    2 / Pourquoi, en transformant mes relations aux autres et ma façon de les percevoir avec plus d’ouverture et de sérénité, j’ai la sensation d’être exposé à plus d’agressivité à l’extérieur ? (à 32:35)
    3/ Est-ce normal d’avoir des souffrances qui remontent dans nos rêves et dont on ne se souvient pas dans notre passé ? (à 51:25)
    4/ Comment pratiquer le renouveau dans une relation très dégradée, quand l’autre personne refuse une médiation extérieure ? (à 1:13:09)
    5/ Est-ce que 20 minutes par jour avec soi-même pour écouter une souffrance intérieure qui revient sans cesse depuis des années suffisent vraiment pour réussir à la transformer ? (à 1:30:00) Est-il possible d’avoir plus de précisions sur cette pratique proposée lors de l’enseignement du 17 avril de Soeur Giác Nghiêm.

    Cette dernière question a permis à Sœur Jina de clôturer cette session de questions / réponses par une méditation guidée permettant à prendre soin de son enfant intérieur.

    Enseignements du village des pruniers - Retraite de printemps 2018

    - 20.04.2018 -
    Enseignement de Sr Chân Không

    Le dernier enseignement de la retraite francophone 2018 s’est déroulé en 3 parties.

    Sœur Chân Không s’est d’abord attachée à répondre aux questions restées en suspens lors de la séance de questions / réponses de la veille :

    1/ Comment éviter d’entendre des reproches et des paroles toxiques au quotidien? (à 02:53)
    2/ Comment aider une personne qui ne prend pas soin de lui ? (à 25:11)
    3/ Comment se préparer psychologiquement à un bouleversement écologique ? (à 32:00)

    A 36:17, notre grande sœur a ensuite poursuivi son enseignement sur la manière de surmonter notre peur de la mort. Elle a ainsi rappelé les 5 remémorations du Bouddha. Puis elle a partagé sur des histoires réelles permettant d’illustrer de manière plus concrète la pratique et la manière de transcender cette peur.

    Les Cinq Remémorations...ICI

    La matinée s’est terminée par un résumé permettant de rappeler les pratiques présentées et apprises pendant la semaine et les différentes possibilités de les amener avec soi et de les transposer chez soi.

     Enseignements du village des pruniers - Retraite de printemps 2018

    Une série de 12 petites vidéos musicales
    des chants du villages des pruniers en version instrumentale
    (Pour voir la liste, cliquez en haut à gauche de la vidéo)

    Les chants du village des pruniers...ICI

    Enseignements du village des pruniers - Retraite de printemps 2018 

     

    « Journée mondiale de l'eau 2018Et si la mort n’existait pas ? »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :